Le DAB+ va pouvoir compter sur les réseaux nationaux privés (MAJ 22/11)

Le DAB+ s’apprête à franchir un nouveau pas. Alors que les 20% de couverture seront bientôt atteints, et que la commission européenne vient d’imposer la présence de la radio numérique dans tous les autoradios des véhicules européens, le développement se poursuit en France, avec l’ambition pour le CSA de lancer deux multiplex nationaux, qui devraient couvrir l’ensemble de la France métropolitaine.

Une aubaine pour les radios qui souhaitaient un meilleur développement de leur réseau qu’en FM (on pense notamment à Ouï FM, Nova ou Radio FG), mais aussi pour les grands groupes qui auraient pu y avoir une place, alors qu’elles se sont toujours montrées hostiles à la radio numérique… Jusqu’à présent ! NRJ Group avait déjà surpris en postulant dans le récent appel à candidatures DAB+ pour le sud-ouest. Et suite à la clôture de l’appel métropolitain ce 21 novembre 2018, les autres groupes privés ont suivi.

Le Groupe M6 a annoncé ainsi dans l’après-midi avoir déposé des dossiers de candidatures pour RTL, RTL 2 et Fun Radio. Laurent Guimier, vice-président du pôle radio de Lagardère Active, a suivi en confirmant sur Twitter la candidature d’Europe 1, Virgin Radio et RFM. Idem pour Radio Classique. Enfin, NextRadio TV a annoncé vouloir aussi s’engager dans le succès du DAB+ en postulant pour RMC et BFM Business, mais aussi pour une troisième radio : BFM Radio, qui reprend le signal audio de BFM TV, et qui se veut être la première radio privée d’information en continu. Cette dernière est d’ailleurs déjà disponible en ligne sur www.bfm.radio

Tous ont précisé que leurs démarches avaient le même but : offrir une couverture optimale de leurs radios à l’échelle nationale, d’autant que plusieurs d’entre elles n’ont que peu ou pas de fréquences dans certaines agglomérations. NRJ Group n’a pour le moment rien communiqué, mais nul doute qu’ils seront également de la partie.

Ces annonces marquent un nouveau pas en avant pour le développement de la radio numérique en France. Les radios privées rejoignent ainsi Radio France, qui pour l’heure profite du DAB+ pour développer Fip et Mouv’ dans les villes où elles n’ont pas de fréquences FM. Une histoire qui semble se répéter, avec la bande FM que les radios périphériques avaient rejoint bien des années après l’arrivée des radios libres au début des années 80.

MAJ : D’autres radios ont également annoncées avoir postulé pour une diffusion métropolitaine. C’est le cas de la radio chrétienne Radio Maria France, diffusée jusque-là à Monaco, et qui mise sur le DAB+ pour un développement national. Idem pour le Groupe 1981, qui a candidaté pour Latina, ainsi que pour Yin, un nouveau projet de radio dédié au bien-être et à la relaxation, un « format de radio inédit » selon Jean-Eric Valli sur Twitter.

3 réflexions au sujet de “Le DAB+ va pouvoir compter sur les réseaux nationaux privés (MAJ 22/11)”

  1. Depuis 2015, année de lancement de la radio numérique en France, les grands groupes de radio privé rtl Europe etc… ont tout fait pour que radio numérique ne fonctionne pas en France. Le groupe RTL en Allemagne Belgique Suisse, on peut écouter rtl, même chose pour le Group NRJ en suisse et allemangne pour les écouter.
    C’est une victoire pour le CSA, avoir mis la pression sur les groupes radio privé en France.
  2. bonsoir,excellente nouvelle en espérant que l’on pourra les capter dans toute la france,et aussi dans un village entre lens et béthune,vermelles,ceux qui serait une bonne chose pour le bassin minier,ainsi bien sur les radios catégorie a,qui n’ont malheureusement pas les memes moyens et aussi bien sur et en belgique dans la communauté française fonds de réserve est prévue,ceux serait bien aussi en france pour la diversité et le pluralisme,merci pour la réponse,bonne soirée à vous,bon courage!
  3. Le développement de la RNT eût été réellement efficace dans les conditions suivantes :

    — Libérer la FM de TOUS les réseaux nationaux privés ;
    — Leur attribuer une place en AM (analogique et RNT DRM) et/ou en bandes L et III (RNT DAB+) ;
    — Privilégier les nouveaux arrivants locaux sur la bande FM analogique ;
    — Encourager les industriels à la fabrication et la vente de récepteurs réellement multistandards pas chers et d’usage facile : GO, PO, OC (AM analogique mono-stéréo et RNT DRM), FM (analogique et RNT), L, III (RNT DAB+), wi-fi, bluetooth. Qui fait croire que c’est impossible est un lobbyiste menteur.

    Car la RNT est une révolution ou n’est pas.

    Le reste, c’est de la perte de temps au profit des grands groupes qui squattent honteusement nos ondes pour faire grossir leur rente.

Laisser un commentaire