RDC : Radio Okapi, radio de l’ONU, coupée par les autorités

radiookapi

[MAJ du 10/12/12] : la diffusion de la station a été rétablie depuis mardi dernier. Le brouillage n’aura donc duré que 4 jours. Le CSAC et Radio Okapi sont arrivés à un compromis : le CSAC a reconnu l’accord de siège de la mission des Nations unies au Congo comme cahier des charges, et la radio s’est engagée à déposer sa grille des programmes par “voie diplomatique”.

Depuis samedi, Radio Okapi n’émet plus. Cette radio nationale de la République Démocratique du Congo, est totalement brouillée par les autorités à Kinshasa. Selon le CSAC (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication), la station n’a jamais remis son cahier des charges dans le cadre du passage de la télévision hertzienne au numérique. Mais d’après une source de la radio à l’AFP, cela ferait suite à la diffusion 2 jours avant d’une interview de Jean-Marie Runiga, le chef politique du M23, composé d’ex-rebelles qui avaient intégrés l’armée de RDC en 2009 à l’issue d’un accord de paix avec Kinshasa, et qui se sont rebellés depuis 8 mois, estimant que le gouvernement ne respectait pas ses engagements.

D’après le président du CSAC, Radio Okapi a été la seule radio à ne pas accepter de déposer son cahier des charges, et son directeur leur aurait écrit une lettre ” à la limite de l’impolitesse et de l’indécence en affirmant : nous sommes une radio des Nations unies, nous ne sommes pas sous votre autorité.””. Le ministère des Affaires Etrangères rajoute qu’ils sont soumis à l’autorité du gouvernement congolais et de ces institutions.

Cette coupure a provoqué de vives réactions, Radio Okapi étant une radio parrainée par l’ONU. La mission de l’ONU en RDC (Monusco) a d’ailleurs fait part de sa grande déception, et précise que la décision du CSAC n’a été notifiée ni à la radio, ni à l’ONU. Reporters Sans Frontières et Journalistes En Danger ont critiqué la décision du CSAC, tandis que Didier Reynders, vice-Premier ministre belge et ministre des Affaires étrangères, adresse son soutient à la radio au nom de la Belgique, en précisant que “cette radio joue un rôle important de diffusion d’information neutre et utile pour les populations locale, en faveur de la paix et de la promotion des droits de l’homme”.

Radio Okapi, qui se définit comme “radio de la paix”, est née à Kinshasa en 2002 suite à un partenariat entre la fondation suisse Hirondelle et l’ONU, et diffuse ses émissions en 4 langues locales et en français dans tout le pays. C’est la radio la plus écoutée dans le pays avec 22 millions d’auditeurs.

Laisser un commentaire