Corse : Alta Frequenza et les Médialocales

altafrequenza

Les Médialocales sont tombées récemment. Il s’agit des sondages Médiamétrie à l’échelle locale, qui tombent chaque année. Si plusieurs radios locales et régionales communiquent leurs très bonnes audiences, Alta Frequenza, une des plus anciennes locales en Corse, et la plus importante sur l’île, a critiqué Médiamétrie.

Pour cause : au niveau de la Corse, Alta Frequenza “n’est pas considérée au même titre que les autres, mais simplement cantonnée au rang des radios “pouvant être captées sur une zone d’écoute délimitée”
selon l’article de la radio. “Ce dénigrement, car il n’y a pas d’autres mots (sinon ségrégation), est un comble, lorsque l’on sait qu’Alta Frequenza fait partie des doyennes de la FM en France, et compte sept fréquences dans toute la Corse. Forcément, face aux énormes machines déployées à coup de millions sur l’ensemble des régions de France, la petite radio corse fait un peu tâche. Elle dérange sans doute, et on aimerait bien l’écraser. Bien entendu, il serait incongru de l’intégrer dans un carnet d’écoute.”

La station souligne le fait que beaucoup d’auditeurs ont appelé la radio pour signaler qu’ils ont été contactés chez eux par Médiamétrie, qui ne leur proposait pas Alta Frequenza dans son panel. “Non seulement Alta Frequenza n’était pas proposée, mais en plus, que d’autres stations, l’étaient au contraire, deux fois ! Le comble, c’est que deux de nos journalistes ont eux-mêmes été appelés à leur domicile, et ont constaté cette “anomalie”. Soyons honnêtes toutefois, cette “anomalie” n’est visiblement pas systématique. L’erreur est humaine. Mais visiblement, elle peut aussi être tenace, surtout lorsque c’est toujours dans le même sens.”

Des journalistes de la radio ont directement contactés l’institut Médiamétrie, qui leur apprend, à leur grande surprise, qu’il faut payer une redevance pour faire partie du panel. “”Cette radio est dans les profondeurs du classement ? Forcément, elle ne souscrit pas à notre sondage !” nous a-t-on répondu.”.

La radio pose ainsi la question : “comment accorder de la crédibilité à ce type d’études, lorsque l’on sait que l’institut de sondage, est celui-là même qui souscrit au sondage.”, en soulignant sa longévité (32 ans d’existence), sa bonne santé financière (elle ne vit que de la publicité, sans aucune subvention) et son dynamisme. “Si notre radio n’était pas écoutée, elle serait morte depuis très longtemps.”

Cette histoire des Médialocales s’ajoute à un autre mauvais point pour Alta Frequenza : ses journalistes n’ont jamais reçu leur accréditation pour le Tour de France, qui avait démarré en Corse, malgré des sollicitations de la part de la radio. Du coup, Alta Frequenza avait choisi de zapper totalement la Grande Boucle. Du coup, la station s’interroge : “La ligne éditoriale est-elle responsable d’un tel dénigrement ? A moins que l’on ne veuille clouer le bec à un média corse indépendant, qui n’a aucune attache à une maison-mère sur le continent, aucune ligne éditoriale dictée depuis l’autre coté de la mer ? Donc, un média “que l’on ne maîtrise pas” ?”

L’article complet sur le site d’Alta Frequenza

Laisser un commentaire