HUMEUR – Mais que fait Le Mouv’ ?

mouv-studio
(source photo : nickblog.org)

Le Mouv’ va-t-elle rester différente ? Ce n’est plus l’impression qu’elle donne depuis la fin de l’été… Lorsqu’il a été nommé par le CSA à la tête de Radio France, Mathieu Gallet avait annoncé vouloir donner à l’antenne jeune de Radio France une orientation plus urbaine, quitte à y changer le nom. La nomination de Bruno Laforestrie, peu de temps après, laissait deviner l’orientation future du Mouv’, sachant qu’il était auparavant le dirigeant de Générations, radio rap parisienne…

Au bout de quelques mois, Le Mouv’ s’est mise à diffuser des titres qu’en temps normal elle n’oserait jamais diffuser, comme du Maitre Gims ou du Taylor Swift notamment. Puis toutes les émissions qui étaient en place dans la grille sont arrêtées. Et depuis septembre, ça s’amplifie ; Le Mouv’, qui fut jusque-là musicalement alternative et éclectique (à dominante rock), s’oriente vers une programmation plus commerciale, entre rap/r’n’b, hits « top-40 » et un peu de ce qu’on avait l’habitude d’y entendre auparavant, le tout avec de fortes rotations.

Enorme déception pour l’auditeur fidèle que j’étais dans les années 2000, du temps de « l’esprit rock ». Une radio qui avait forgé ma culture musicale rock à l’époque avec Ouï FM, qui avait un ton, et qui soutenait à fond la scène indé, tout en jouant son rôle de radio publique avec des chroniques et une quotidienne autour de l’actualité et de sujets qui touchent le public jeune. Une bonne radio, que j’ai commencé à bouder en 2010 lorsque Jean-Luc Hees, alors président de Radio France, a voulu imposer sa version du Mouv’ : une radio plus talk et généraliste, avec des émissions qui ne font que parler, en total décalage avec ce qu’était Le Mouv’ tel que nous l’avions connue. En conséquence de ce virage, l’audience de la station s’est effondrée.

J’avais de l’espoir lorsque Joel Ronez avait pris la tête du Mouv’, en revenant à une grille davantage musicale ; l’antenne tenait à nouveau la route et je reprenais plaisir à écouter. Malheureusement, sa version du Mouv’ n’aura duré que 6 mois, Mathieu Gallet ayant choisi de ne pas laisser sa chance à ce relancement. Est-ce si difficile de nos jours (et je parle de la radio et télé dans l’ensemble) de laisser du temps à un concept pour qu’il s’impose ?

mouv-reviens
Le logo de la page “Reviens Le Mouv'”, qui regroupe plus de 1600 membres sur Facebook, et près de 400 followers sur Twitter)

Le Mouv’, tel qu’elle est actuellement, laisse deviner ce que sera la nouvelle formule qui prendra place en janvier 2015 : une radio rap et électro, info qui vient d’être confirmée. D’autant que des anciennes voix de Générations devraient prendre place dans la grille, et que certains animateurs actuellement en place, et présents depuis des années, pourraient jeter l’éponge. Nico Prat, présent au Mouv’ depuis quelques années, a déjà confirmé qu’il s’en ira fin décembre.

Ce que devient Le Mouv’ provoque la colère et la déception des auditeurs sur les réseaux sociaux. Une page Facebook (“Reviens Le Mouv'” a été crée, et les critiques et commentaires négatifs sur l’orientation musicale actuelle fusent en masse sur les pages Facebook / Twitter de la radio.

Alors est-ce que l’orientation vers laquelle va Le Mouv’ est la bonne, alors que l’audience est au plus bas ? Pas sur… Le concept « urbain » est déjà omniprésent sur la bande FM, avec Skyrock, Ado, Générations, Trace FM sur la RNT, sans compter les quelques locales et associatives spécialisées en France… L’audience est au plus bas (0,5 % d’audience cumulée sur la période septembre-octobre 2014), et reconquérir le public avec ce nouveau format va s’avérer très difficile. A l’échelle nationale, NRJ est la référence en matière de hits, tout comme Skyrock en matière de rap ou Fun Radio en matière de dancefloor. Le Mouv’ va donc marcher sur leurs plates-bandes, au risque de s’y casser les dents. Virgin Radio en a déjà fait l’expérience en 2011 en rejetant le pop-rock pour une programmation plus orientée hits. Verdict : l’audience a chutée, bon nombre d’animateurs sont partis, et la station à peinée pour voir son audience remonter, au point que des rumeurs de vente de la radio ont circulé.

Aujourd’hui, dans une bande FM ou chaque grande musicale est reconnue de tous pour sa spécificité musicale, il est très délicat pour une radio d’opérer un virage radical, chose qui était courante dans les années 90 chez les réseaux nationaux.
Les groupes et artistes de la nouvelle scène indé sont également les grands perdants dans ce changement. Le Mouv’ était un des rares réseaux nationaux à s’intéresser à eux depuis sa création en 1997.

mouv2000

Après, on nous dit d’attendre janvier pour donner notre avis. Mais au vu de toutes les réactions sur le net, nous sommes tous quasiment convaincus que le futur « Mouv’ » ne fera pas remonter les audiences. Attendons de voir quand même, mais pour l’heure, je reste un auditeur déçu et nostalgique du Mouv’ des années passées, et qui n’avait pas d’équivalent sur la FM. Et je rêve d’une Couleur 3 ou d’une BBC 6 Music à la française.

Pour conclure, je rajouterais juste que du temps de « L’esprit rock », Le Mouv’ faisait entre 1 % et 1,3 % d’audience cumulée, avec moins de fréquences qu’actuellement… On en reparle dans quelques mois ?

Laisser un commentaire