Jean-Paul Baudecroux prêt à vendre NRJ Group ?

baudecroux

Cela fait déjà quelques années que la rumeur circule, s’en va puis revient… Le groupe NRJ est-il à vendre ? Avec ses 4 radios (NRJ, Chérie FM, Nostalgie et Rire & Chansons) et 3 chaînes TV (NRJ 12, Chérie 25 et NRJ Hits), le groupe fondé et toujours dirigé par Jean-Paul Baudecroux depuis 1981 fait l’objet de beaucoup de convoitises, surtout face à une concentration des médias de plus en plus forte, entre la reprise de NextRadio TV par Altice/SFR, ou l’intégration du pôle radio de RTL dans le Groupe M6, ou encore Vivendi qui voudrait posséder sa radio pour compléter son offre…

De plus, Jean-Paul Baudecroux à 71 ans, et réfléchit de plus en plus sérieusement à l’avenir de son groupe, qui est en bonne forme. Propriétaire de NRJ Group à 79,91%, il avait légué en 2014 10% du capital de son entreprise à ses trois enfants via une donation partage. Il y a quelques années, il disait dans une interview espérer qu’un de ses enfants prenne sa succession, tenant à ce que NRJ “reste une entreprise familiale”.

Au final, l’hypothèse de la revente se fait de plus en plus forte. Et Baudecroux ne compte pas céder son groupe à n’importe qui, et à n’importe quel prix. D’après le JDD, “il a souvent confié en privé qu’il ne céderait pas son joyau à moins d’une offre “digne d’intérêt””, et “demande beaucoup d’argent”. Aux dernières nouvelles, TF1 aurait à plusieurs reprises tenté sa chance, sans concrétiser ni officialiser. Autre possibilité : Alain Weill, actuel propriétaire de NextRadio TV, qui connait bien la maison pour avoir travaillé à la direction d’NRJ de 1985 à 89, et dans l’administration du groupe dans les années 90.

Autre possible repreneur : Bauer Media. La Lettre de l’Expansion avait révélé cette semaine que le groupe de presse allemand avait eu des premiers contacts avec Jean-Paul Baudecroux pour reprendre NRJ Group. Une annonce surprise, mais qui laisserait place finalement à un nouvel acteur dans le paysage radio français, Bauer Media ayant déjà une expertise dans la radio, notamment en Grande-Bretagne (Magic, Kiss, Kerrang Radio, Absolute Radio, le réseau de locales Your Radio…).

Dans tous les cas, même si le scénario est inévitable, difficile d’imaginer NRJ sans son fondateur, qui avait crée sa radio dès le début de l’autorisation des radios libres sur la FM par François Miterrand, dans une chambre de bonne.

Source : le JDD 

Laisser un commentaire