Un nouveau quota pour la diffusion de chansons régionales ?

L’idée semble insolite et pourtant… Lors de la première lecture du projet de loi relatif à l’égalité à la citoyenneté, un amendement y a été ajouté en juillet pour imposer aux radios musicales un nouveau quota de diffusion de titres chantés dans des langues régionales. En gros, des radios comme NRJ, Skyrock, Chérie FM ou Ouï FM seraient ainsi obligées d’intégrer dans leurs playlists des morceaux chantés en corse, en occitan, en ch’ti, ou encore en basque, ainsi que du zouk.

Cet amendement a été proposé par le député de la Guadeloupe, Victorin Lurel, qui fût aussi ministre des Outre-Mer dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Avec ce projet de loi, il souhaite ainsi « favoriser la diversité de l’expression musicale et culturelle » et « dynamiser et pérenniser la création musicale dans toutes les régions du territoire national ».

Le quota imposé serait de 4% au minimum de la proportion d’œuvres musicales françaises. Mais l’idée est-elle réaliste ? Pas si sûr… Les lignes éditoriales des radios musicales ne permettent pas, selon Les Échos qui a rapporté cette info, d’appliquer ce projet ; la quantité de titres chantés en langues régionales est trop faible, surtout dans certains genres musicaux, et peu fédérateurs. Difficile donc de réussir à faire appliquer ce projet. D’autant que les musicales privées ont déjà protesté ces derniers mois contre une modification de la loi sur les quotas français. Cela ferait une contrainte supplémentaire…

Ouï FM avait réagi sur son site en expliquant qu’elle a toujours défendue la scène rock française, en soulignant que certains groupes qu’elle diffuse et soutient, et bien connu des auditeurs, ont déjà chanté quelques textes en langue régionale, notamment le breton pour Matmatah avec « Lambé An Dro ».

La diffusion de chansons en langue régionales serait plus cohérent pour des radios locales plus ancrées dans la vie de leurs territoires (ce qui est déjà le cas sur plusieurs radios associatives en grande partie), et sur les France Bleu, ou il existe des émissions diffusées dans la langue de leurs territoires respectifs. L’amendement sera examiné au Sénat le 4 octobre prochain.

Laisser un commentaire