Les grands groupes nationaux officiellement en dessous du seuil anti-concentration

Avis de tempête dans l’univers radio… BFM Business a révélé que le Conseil d’État a donné raison cette semaine au CSA sur le sujet des nouveaux calculs du seuil anti-concentration qui avait été validé fin 2013. Conséquence : les grands groupes privés (RTL Group, Lagardère Active, NRJ Group etc…) se retrouvent donc bien en dessous de la limite de 150 millions de français fixée par la loi, en s’appuyant sur le total de fréquences et de leurs couvertures nationales respectives, en totalisant toutes les radios de chaque groupe. Et donc, ces groupes vont pouvoir racheter d’autres radios.

Le Conseil d’État précise ainsi qu’il « ne ressort pas que le CSA ait commis une erreur manifeste d’appréciation. Le CSA n’a méconnu ni les principes de pluralisme et de diversité des opérateurs, ni l’obligation légale qui lui incombe d’éviter les abus de position dominante, ainsi que les pratiques restreignant la concurrence ».

La loi sur le seuil anti-concentration avait été mise en place en 1994. Avec le nouveau calcul du CSA, la couverture :
-des 4 radios du groupe NRJ (NRJ, Chérie FM, Nostalgie, Rire & Chansons) couvriraient ainsi 117 millions d’habitants au lieu de 149 millions
-des 3 radios de RTL Group (RTL, RTL 2, Fun Radio) passe de 133 à 110 millions
-des 3 radios de Lagardère Active (Europe 1, Virgin Radio, RFM) passe de 135 à 113 millions

Cette décision est loin de ravir les radios indépendantes, qui risque de menacer la pluralité du paysage ; le Sirti (Syndicat des radios et télévisions indépendantes) ainsi que Skyrock, sont furieux et avaient déjà contesté devant le Conseil d’État, en vain. Risque t-on ainsi dans le futur de voir des jeunes réseaux indépendants comme Ouï FM, Radio FG ou Nova absorbées par NRJ ou RTL ? Voire des radios régionales ? Le scénario a déjà été vécu dans les années 90 lorsque NRJ avait repris plusieurs régionales (dont RVS ou Radio Service) pour y installer le programme de Rire & Chansons afin de développer cette radio à l’échelle nationale. Des régionales qui depuis n’existent plus.

A noter que NRJ Group avait aussi racheté RMC en juillet 2000. Rachat avorté 5 mois plus tard, le groupe ayant largement franchi le seuil des 150 millions d’habitants.

Plus de détails sur le site de BFM Business

Laisser un commentaire